Forêt du Huelgoat. Bretagne insolite et mystique..

 


La forêt du Huelgoat jouit depuis plusieurs années d'un regain d’intérêt voire même d'un engouement de plus en plus fort. Cela va des amoureux de la Nature et de la découverte de nouveaux lieux aux amateurs de spiritualité et mysticisme. Dans cet article, nous allons nous concentrer sur la partie la plus haute du fameux chaos de pierres.


 

Tout débute à quelques encablures à peine du petit village. A l'extrémité du lac artificiel se trouve un déversoir donnant sur le très grand moulin du chaos et ouvrant surtout la porte aux puissantes légendes locales... Commençons donc par l'aspect géologique: les immenses blocs se sont ainsi formés il y a environ 340 millions d'années!!! En ces temps extrêmement reculés, une masse critique de magma s'est mise en place à plusieurs kilomètres de profondeur sous terre. Son très lent refroidissement a conduit à sa finale cristallisation.
Bien après, à l’ère Tertiaire, entre -60 et -2 millions d'années, la Bretagne jouit alors d'un climat tropical. Difficile à croire et pourtant! 

C'est à cette époque que de conséquentes et massives eaux de pluie pénètrent les fissures granitiques et érodent les roches en favorisant ainsi la décomposition des minéraux du granit en métamorphosant la partie visible du futur chaos de pierres. Certaines zones de roches situées entre les fissures sont néanmoins préservées de cette érosion, formant alors les immenses boules de granits visibles sous nos yeux ébahis. Au quaternaire, pluies et vents finissent de façonner ce chef d’œuvre naturel et permettent l'apparition du Chaos.

Au XIX siècle, la folie consumériste de l'Homme ne lui fera en rien respecter la merveille offerte par Terre Mère et débute alors une exploitation intense du Chaos, le transformant en vulgaire carrière de pierres! Une partie des blocs formant le Chaos a ainsi purement et simplement disparu pour servir à la construction de bâtiments! Ce n'est qu'en 1894 que le Conseil Général du Finistère versera une subvention à la commune du Huelgoat, sauvant ainsi ces cathédrales granitiques antédiluviennes des inconscients carriers...

Nous voilà donc parti pour notre visite commençant avec une petite cascade aux sonorités enchanteresses. Elle annonce la couleur spirituelle des lieux avant de rapidement se faire grognante en voie vers la grotte du Diable. Il vous faudra effleurer les immenses blocs granitiques entassés les uns à côté des autres avant d’atteindre la descente à pic donnant sur le trou infernal.
C'est là, selon la légende, qu'un révolutionnaire du hameau de Berrien s'y était réfugié car poursuivi par les Chouans, partisans du roi et ennemis de la Révolution. Tout au fond de cette grotte ténébreuse et humide, il avait si froid qu'il alluma un grand feu de branchages. Il arborait un grand chapeau où se dressaient deux plumes rouges. Se sentant menacé, il brandissait dans sa main une grande fourche pour se défendre. Quand les Chouans descendirent dans la grotte, derrière le feu, ils crurent voir l'ombre du Diable et s'enfuirent en criant: 

«Au Diable, au Diable!»


 

Selon une autre légende, bien plus mystique encore que la première, cette grotte fut l'entrée d'une caverne où se succédaient 99 auberges. Dans chaque auberge se dégustaient des plats de plus en plus savoureux et des boissons de plus en plus enivrantes... De surcroit, les servantes y étaient aussi séduisantes qu'accueillantes. Chacun s'arrêtait bien sûr à chaque auberge car trop heureux de l'aubaine offerte... Mais, arrivé à la 99ème, le Diable attendait les gourmands! Celui qui avait su rester sobre avait la chance de ressortir sein et sauf là où les autres se retrouvaient jeter en enfer par le Diable en personne!

Échappé de cette antre, il ne vous faudra que quelques mètres avant de rejoindre le lieu dit du "ménage de la vierge".... La forêt du Huelgoat ne craint pas de vous faire passer d'une extrême à une autre comme vous pouvez le voir transmutant directement de Lucifer à une vierge!!!

Ce fameux "ménage de la Vierge" a été façonné par un amoncellement d'immenses blocs rocheux. Les pierres, profondément érodées par les eaux de ruissellement, ont ainsi pris des formes étranges. Avec un peu d'imagination, on découvre les ustensiles de cuisine du ménage de la Vierge: un chaudron, une louche, une baratte à beurre, un soufflet...

Après cela se présentent à vous deux voies d'explorations assez différentes.

1. Continuer votre lente descente le long de la rivière d'argent en direction du gouffre (cf article suivant)

2. Remonter vers le camp d'Artus.

C'est le choix retenu et qui nous entraine vers une très ancienne place fortifiée et habitée bien avant le début du moyen âge. Les enceintes du camp d'Artus abritaient très probablement une agglomération de constructions de bois et de terre: maisons, dépendances, ateliers artisanaux, puits et quelques bâtiments plus imposants comme des entrepôts, des temples ou les résidences des chefs de guerre.
Ces agglomérations, nommées «oppidum» par César lui-même étaient construites sur des sites stratégiques. Elles permettaient de contrôler des voies commerciales et ici aussi des mines, comme celle de plomb argentifère en aval. Ce camp est la plus vaste enceinte gauloise jusqu'ici identifiée sur le territoire des Osismes. Il en fut peut-être même leur capitale? Cette cité semble avoir été délaissée vers la fin du I er siècle avant J-C, au profit d'une nouvelle capitale romaine cette fois: celle de Vorgium alias Carhaix.

Le camp d'Artus.

 

Le site ne conserve quasiment pas de vestiges mais l'on devine fortement les anciennes enceintes se mariant parfaitement à la topographie des lieux et qui proposaient une défense naturelle puissante face aux éventuels envahisseurs. Idéalement, il pourrait être magique de se poser là, de fermer les yeux et de se laisser inspirer par son imagination... Pourquoi ne par voir alors la cité parcourue d'enfants jouant au milieu des commerçant et des travailleurs de la mine remontant d'une dure journée de labeur!!!?

Plus tard fut construite la dite "motte médiévale", probablement entre les Xème et XIIème siècles. A la fin du XIXème siècle, des vestiges d'une grande tour maçonnée étaient alors encore visibles. En 1938, Sir Mortimer Wheeler effectua des fouilles sur l'enceinte du camp d'Artus qui serait alors daté du IIe siècle avant J-C.
Les fouilles ont montré que le rempart était  constitué de terre et de pierrailles, le tout renforcé par un quadrillage de poutres. Cette armature de bois supplémentaire empêchait la dislocation du rempart sous les possibles coups de béliers des assaillants. Il fut décrit par Jules César comme une technique propre aux gaulois, appelé alors murus gallicus. Plus tard, au ler siècle avant J-C. puis au Moyen Âge, les remparts furent surélevés d'environ 2m de hauteur. Tour de cet oppidium achevé, laissez vos jambes s’affoler dans la longue descente vers
la mare aux sangliers....

Vous retrouverez, en mode jeu de piste, la petite rivière ouvrant jusque sur la dite mare surplombée d'une stèle. La taille plutôt modeste de ce mégalithe (1,65 m) et surtout sa si curieuse et mystérieuse disparition entre 1986 et 1989 avait rendu difficile son interprétation. Ce n'est que quand il fut retrouvé que les archéologues assurèrent qu'il s'agissait bien d'un petit menhir du Néolithique (-5 000 à -2 300). 

Mégalithe de la mare aux sangliers.

 

Vous ne tarderez pas à découvrir finalement la grotte d'Artus qui terminera en beauté ce tour du haut de la forêt du Huelgoat. Cette place nous conduit vers la si fameuse légende du roi Arthur (d'où peut-être Artus!?) Il fut, lui et les célèbres chevaliers, les défenseurs du peuple breton aux environs du VI siècle. C'est en ce lieu qu'il se reposait dit-on et où nul n'était censé le déranger.... La grotte abriterait un trésor lourdement protégé par des démons encore et toujours présents sous formes de feux follets. Le roi légendaire aurait acquis ce fabuleux trésor dans la contrée aussi évocatrice que terrifiante du dit "Val sans retour"  grâce au plus grand des magiciens: Merlin l'enchanteur en personne! 



Arrivé au bout de ce chemin chargé d'histoires mythiques, vous pourrez choisir de prolonger vers le gouffre et la mine (Article) ou de remonter paisiblement vers le village du Huelgoat, la tête traversée des milles esprits vagabonds de la forêt....

La vidéo: La forêt du Huelgoat

Le diaporama:  

Le moulin du chaos.

 
La grotte du diable.

La grotte du Diable.

La grotte du Diable.

Le gouffre du Diable.




Le chaos du Huelgoat.

Le chaos.

Le chaos.

Le chaos.

La mare aux sangliers.

La mare aux sangliers.

La mare aux sangliers.

J'ai la joie de pouvoir vous proposer une initiation à la Méditation de la marche. 

C'est fort de mes expériences Himalayennes en solitaire et de 20 années de pratique de la méditation que je vous propose cette initiation (ou stage complet) à la méditation de la marche en don libre et conscient dans la démarche d'un monde fait de partages de nos richesses humaines et spirituelles .

Installé en centre Bretagne, les marches méditatives se font le dimanche et le jeudi après-midi dans les forêts environnantes, peuplées des esprits de la Nature. (Carhaix et Huelgoat)

Nous nous rejoignons au lieu de départ qui vous sera communiqué pour une sortie d'environ 2h.

Contactez-moi via le formulaire ci-dessous si cela vous intéresse!  

Le lien: Méditation de la marche 


Belle découverte à vous.

Yan SERRE.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Menhir de Men Marz. Bretagne insolite et mystique.

Les gorges du Corong. Bretagne insolite et mystique.

Le phare de Pontusval. Bretagne insolite et mystique.